Le management transversal (suite)

Vos pratiques
  • Votre classement
  • Classement le plus fréquent

Comparez vos résultats

A Dans l’exercice de ma fonction de management, je dépends le plus

Des directions fonctionnelles (DRH, contrôle de gestion,…)

De mes homologues et de mes pairs

Des partenaires externes (clients, fournisseurs, sous-traitants,…)

  • 3
  • 2
  • 1
B Mon influence au sein de l’entreprise est liée à

La taille et la qualité de mon réseau

Mon expertise de certains sujets très pointus

Ma vision de l’avenir et la clairvoyance de mes jugements

  • 3
  • 2
  • 1
C Ce qui me donne du pouvoir, c’est

Ma légitimité et mon aura personnelle

Les informations que je produis et dont les autres ont besoin

Les compétences que je suis seul à posséder

  • 3
  • 2
  • 1
D En matière de management transversal, il est plus compliqué de

Manager un projet

Animer une équipe transverse

Piloter un processus

  • 3
  • 2
  • 1
E Mon influence sur les membres d’un projet tient à ma capacité à

Négocier des compromis acceptables par tous

Lever les obstacles et leur faciliter la vie

Définir des orientations enthousiasmantes

  • 3
  • 2
  • 1
F Au sein d’un groupe projet, d’un processus ou d’une équipe transverse, la qualité de la coopération tient

Au fait d’avoir un sujet commun

A la complémentarité des compétences des protagonistes

Aux gains identifiés par les uns et par les autres

  • 3
  • 2
  • 1
G Les aptitudes et comportements favorisant l’émergence d’une relation de coopération sont

Des aptitudes à la confrontation et à la gestion saine des inévitables conflits et négociations

Un niveau de confiance personnelle suffisant pour renoncer à la couverture hiérarchique

Une aptitude à faire croître ses interlocuteurs en autonomie dans la gestion des interfaces

  • 3
  • 2
  • 1